top of page

Sport et tabac




Le sport n'élimine pas les toxines et le goudron des poumons

1. Le sport élimine-t-il les effets nocifs du tabac?


Contrairement aux idées reçues, sport et tabac ne font pas toujours bon ménage et il est important de respecter quelques précautions. Surtout, le sport ne protège pas des effets nocifs. Le sport n’a aucun impact positif sur le plan pulmonaire du fumeur, il n’élimine pas le goudron et toutes les autres substances toxiques que vous inhalez en fumant. Le sport, même pratiqué en plein air, comme courir au grand air n'a jamais compensé les effets du tabagisme. La seule et unique solution qui existe, pour décrasser les poumons d'une personne qui fume, est d'arrêter la cigarette définitivement. Il n'existe pas d'autre alternative.


En faisant du sport, les muscles ont un besoin accru d’oxygène et de sucre, Or, fumer limite la circulation de l’oxygène dans le corps. Résultat : les muscles en manquent, alors qu’elle est d’autant plus nécessaire pour l’effort demandé. Le tabac va donc diminuer les performances sportives.



2. Peut-on pratiquer un sport et fumer?


les fumeurs sont rapidement essoufflés, le tabac impacte les performances

Le nombre de fumeurs chez les sportifs est inférieure à celle de la population générale, mais compte tenu, d’une part, des risques majeurs pour la santé liés à ce facteur d’autre part, de l’impact sur le confort de la pratique sportive et sur les performances, ce sujet doit être systématiquement abordé avec les sportifs. Ils doivent être clairement informés des risques du tabagisme liés à la pratique sportive, et une aide concrète doit être proposée aux fumeurs pour sortir de cette dépendance. Mais surtout, fumer avant, pendant ou tout de suite après un exercice physique intense est traumatisant pour le corps. En tout cas, une des 10 règles d'or éditées par les cardiologues du sport est :

"Je ne fume jamais dans les 2 heures qui précèdent ou qui suivent la pratique d’une activité sportive."

L'effort augmente la fréquence respiratoire et dilate les bronches. Pour qu’une activité physique sportive soit confortable, performante et bénéfique pour l’organisme, les muscles doivent recevoir un sang le plus riche possible en oxygène. Le tabagisme perturbe profondément cet apport en oxygène à tous les niveaux :

• Au niveau bronchique

Effets irritants et inflammatoires sur la muqueuse bronchique

• Au niveau sanguin

Le monoxyde de carbone (CO) produit par la combustion du tabac altère de façon majeure la capacité de transport de l’oxygène.

• Au niveau musculaire

Le CO se lie à la myoglobine, qui assure le transport d’oxygène dans les muscles, gênant la délivrance de l’oxygène aux cellules.

• Au niveau cardiaque

La fréquence cardiaque et la pression artérielle du fumeur étant déjà relativement augmentées au repos chez un fumeur quotidien, l’ajustement du débit et donc la tolérance à l’effort et la capacité d’endurance sont plus limités.

• Au niveau artériel

En cas de tabagisme régulier, quotidien, ce qui est le cas de la majorité des fumeurs dépendants, toutes ces perturbations entraînent une diminution significative, constante et importante des performances sportives, en particulier d’endurance.




3. Le sport un allié pour le sevrage tabagique




le sport est un allié idéal pour le sevrage tabagique

Il existe des preuves que l’activité physique permet de limiter le syndrome de sevrage, le craving (pulsion irrépressible de fumer), les affects négatifs et la prise de poids . Aussi, bien que d’autres études doivent être entreprises pour mieux préciser le bénéfice global sur la prise en charge, une activité physique encadrée et structurée mérite d’être proposée, en particulier aux fumeurs les plus jeunes.

Lorsque le corps se dépense en énergie, l’esprit se détourne plus facilement des stress et des tourments qui le tracassent quotidiennement. On se sent allégé, détendu et même heureux. D’après les chercheurs, ce sentiment de bien-être provient surtout de la sécrétion des endorphines pendant la pratique d’exercices physiques. L'activité qui libère le plus d'endorphines, des substances qui créent un sentiment de bien-être, est sans conteste le sport, et ce pendant et plusieurs heures après l'effort. Il s'agit en fait d'une morphine naturelle produite par notre organisme. Tant d’études ont prouvé que faire du sport diminue le stress ou permet de maintenir la jeunesse… En fait, ce sont les endorphines libérées lors de l’activité physique qui vont vous permettre d’avoir ce sentiment de bien-être dans votre peau. Cette hormone possède un côté addictif, mais différent de l’addiction à une drogue. Il s'agit d’une addiction psychologique, ce qui vous rend dépendant de cette belle sensation d’apaisement après avoir effectué du sport.

La nicotine aussi, c'est vrai malheureusement, stimule le cerveau en provoquant la libération d'endorphines. Les efforts pour surmonter cette dépendance physique et psychologique complexe exigent souvent un soutien supplémentaire dans la lutte contre le tabagisme.


L'auriculothérapie par laser permet de couper net, en une seule séance avec le besoin physique de fumer.

Renseignements et rendez-vous au 0609592988




Sources



2 vues

Posts récents

Voir tout

Comentários


bottom of page